CHRONIQUE

SI L'ON ME TEND L'OREILLE

VIGNAL HELENE

Grouzna tire sa roulotte et va de foire en foire dire la bonne aventure, vaillante et solitaire, épaulée d'esprits féminins qui toujours l'accompagnent, jusqu'au jour où le roi décide arbitrairement d'assigner les gens du voyage à résidence et de contrôler les mouvements et les identités, les frontières et les papiers, les métiers et les vies. Grouzna va petit à petit s'allier à d'autres ambulants refusant de plier face au fascisme, et trouver de la puissance au fil de ses rencontres.

Entre fable initiatique et critique sociale, roman d'aventure et satire politique, un conte parfois cruel parfois tendre, teinté de réalisme magique, où il est question de totalitarisme et de liberté, de violences et de rêves, de solidarité et de persévérence, de répression et de résistance. Un beau et subtil roman jeunesse qui peut plaire même aux adultes.

 

J.

Voir l'article

Revenir à la liste