CHRONIQUE

LA FATIGUE DU MATERIAU

SINDELKA MAREK

La migration. L'enfermement. La fuite. Le corps poussé à l'extrême. Les muscles éprouvés par les kilomètres qu'il reste à parcourir pour atteindre un eldorado occidental bien énigmatique. Et Amir, dans cet entre-deux et dans un état de fatigue extrême, qui tente de retrouver son frère après en avoir été séparé par les passeurs avant la traversée.

Véritable roman de la frontière, La fatigue du matériau ne peut que nous emporter. La littérature qui, sans misérabilisme, nous donne à voir une infime partie des chaotiques parcours migratoires et de la force des personnes qui s'engagent dans cette voie. Le roman se dévore et une fois refermé, un seul horizon en tête : un avenir sans patrie ni frontières.

 

Voir l'article

Revenir à la liste