CHRONIQUE

LE CHAMP

SEETHALER ROBERT

"La vérité, c'est qu'il était convaincu d'entendre parler les morts. Il ne comprenait pas ce qu'ils disaient, pourtant il percevait leurs voix avec la même acuité que le gargouillis des oiseaux et le bourdonnement des insectes autour de lui."

Cet homme nous entraîne dans "le champ", qui n'est autre que le cimetière d'une petite ville. Et nous, lecteurs et lectrices, avons la chance de pouvoir entendre - ou plutôt lire - ces voix, révélant les vies les vies de ces personnes disparues. Descriptions de leur vie quotidienne, des choix décisifs qu'ils et elles ont fait, moments heureux ou basculements tragiques, facteur, fleuriste, curé, père qui transmet de l'au-delà quelques dernières recommandations existentielles à son fils... toutes ces tranches de vie s'entremêlent pour donner corps à une bourgade bien vivante.

Pas lugubre pour un sou, ce Champ est surtout une ode à la vie, dédramatisant au passage la mort. Avec son écriture qui n'a de simplicité que son apparence, Robert Seethaler parvient à émouvoir son lecteur / sa lectrice, pour un long moment. C'est beau, beau, beau.

Arielle

Voir l'article

Revenir à la liste