CHRONIQUE

LA MORT A ROME

KOEPPEN/CHAPOUTOT

Rome, juste après la Seconde Guerre mondiale. Siegfried est un jeune compositeur allemand de passage dans la ville pour assister à la première représentation de son œuvre. En attendant le concert, il déambule, l'âme tourmentée, dans la beauté chargée d'histoire du lieu, loin de sa famille qui ne comprend pas son absence "d'ambition", soupçonne ses amours homosexuelles et vit dans la déception et l'écœurement de la défaite nazie. Mais très vite, Sigfried croise son oncle, ancien haut officier nazi à l'idéologie chevillée au corps, et découvre que père, mère et frère sont eux aussi à Rome. 

La ville se transforme alors en un décor de ballet où se croisent les personnages sans toujours se voir, jusqu'au dénouement fatal. Déplaçant sans cesse le point de vue d'un personnage à l'autre - parfois d'une ligne à l'autre ! -, enchaînant les glissements de décor et les glissements de pensée, ce roman nous fait plonger en apnée dans sa construction virtuose !

Arielle

Voir l'article

Revenir à la liste