Envoyez cette page à un ami

Vos noms et prénoms :

E-mail de votre ami(e) :

Contactez-nous

05 61 21 17 47

Louisa Yousfi

Louisa Yousfi

Mardi 15 Mars 2022 à 19h

Pensée décoloniale

Rencontre avec Louisa Yousfi autour de son ouvrage Rester barbare paru aux éditions La fabrique.


En raison du contexte sanitaire, la participation aux rencontres nécessite une réservation (par mail, téléphone ou directement à la librairie).

À l’heure où le terme « ensauvagement », d’abord charrié par l’extrême droite, pénètre les sciences sociales et se discute dans la sphère médiatique et politique comme un phénomène tangible, Louisa Yousfi nous propose ici un récit à la fois politique et littéraire de ce (re)devenir barbare des Noirs et des Arabes de France. Pour ce faire, elle ne déroule pas un commentaire de l’actualité ni n’égraine la longue liste des offenses racistes que nous offre la France contemporaine. Non, elle fonde une esthétique radicale ; elle propose un grand récit – qui convoque aussi bien Kateb Yacine, Chester Himes que Booba et la prose des militants décoloniaux en prise avec les luttes actuelles – pour se départir des conflits de loyautés imposés par le mythe intégrationniste à la française mais aussi pour aborder tous les sujets délicats que la logorrhée sociologique ou l’essai militant ne sauraient saisir avec autant de relief : pourquoi ne fûmes-nous pas tous Charlie ? Comment s’extraire des turpitudes du « privilège blanc » (« une histoire de maître qui a appris de son esclave le stade
supérieur de la dialectique : quand c’est l’esclave lui-même qui enseigne au maître le sens de la liberté. ») ? Et « “qu’aurions-nous
été si ?” Si la colonisation n’avait pas organisé un rapport de force moral qui tient en échec la civilisation, le pays et la famille qui aurait dû nous voir naître et grandir ? Si l’intégrationnisme n’avait pas édicté pour nous les conditions de notre salut dans ce pays conditionnel
qui n’a rien d’une patrie ? »


Rester barbare a quelque chose des essais littéraires offerts en son temps par James Baldwin aux luttes noires américaines. Ici, il faut saisir « la barbarie comme un lieu d’énonciation à partir duquel » Louisa Yousfi « vient secouer et saccager l’ordre des choses ».